Sélectionner une page

L’analyse des rêves est une voie d’accès à notre inconscient mais il en existe une autre : le processus de création artistique. Dessiner, peindre, modeler, écrire ou danser nous ouvre à nos profondeurs. Le psychiatre suisse Carl Gustav Jung appelle cette méthode de réalisation du processus d’individuation, l’imagination active.

Dans cet article, je commencerai par vous expliquer en quoi consiste l’imagination active et ce que recouvre cette méthode. Je détaillerai ensuite quelles sont les cinq étapes à parcourir pour pouvoir pratiquer l’imagination active.

Sommaire

I. Le processus d’individuation par la pratique créative

II. La méthode de l’imagination active

III. Comment pratiquer l’imagination active

  1. Faire le vide
  2. Laisser surgir les contenus inconscients
  3. Mettre en forme
  4. Se confronter authentiquement
  5. Appliquer les enseignements

IV. Conclusion

 

I. Le processus d’individuation par la pratique créative

L’imagination active constitue une des manières de réaliser le processus d’individuation, c’est-à-dire de développer sa personnalité par la prise de conscience de ses contenus inconscients. L’imagination active est une méthode de confrontation avec l’inconscient à travers la pratique créative et les symboles. Il s’agit de rendre conscients les contenus de l’inconscient en recourant au dessin, à la peinture, au modelage, à la danse, à l’écriture…

L’imagination active est l’expression créative du récit des événements intérieurs qui a pour effet un rééquilibrage de la personnalité. Il s’agit de laisser advenir les contenus inconscients à la conscience, de les fixer à l’aide d’un médium créatif, de comprendre et d’assimiler ces contenus surgis de l’inconscient.

Mais l’imagination active n’est pas notre monologue intérieur, elle demande un effort considérable qui peut s’avérer épuisant, voire pénible. En effet, les contenus inconscients qu’il s’agit de rendre conscients ont été refoulés ou négligés car la plupart de ces contenus sont désagréables, inattendus ou irrationnels. L’imagination active consiste à faire reculer le point de vue conscient pour laisser surgir ces contenus inconscients chargés émotionnellement.

L’imagination active offre des avantages par rapport à l’interprétation des rêves qui sont un pur produit de l’inconscient. À travers le processus de création artistique, les contenus de l’inconscient sont vécus et consignés à l’état de veille offrant à la conscience la possibilité de concourir au processus créatif. La participation de la conscience au processus rend les contenus inconscients plus homogènes, plus concentrés et souvent plus dramatiques.

L’imagination active facilite ainsi la synthèse entre la personnalité consciente et la personnalité inconsciente et accélère par là même le développement de la personnalité. Elle permet d’accéder au Soi qui est la totalité consciente et inconsciente de la psyché. À l’aide du processus créatif, le Soi s’incarne dans la conscience du Moi et nous parvenons à réaliser le Soi. L’imagination active est donc une méthode efficace de réalisation de soi.

II. La méthode de l’imagination active

L’imagination active est en quelque sorte une aide artificielle pour faire surgir des contenus inconscients. Elle consiste à partir d’un état émotionnel pour s’y plonger et fixer les images ou fantasmes qui émergent. L’émotion constitue, en effet, une interférence avec l’inconscient et en exprimant cette émotion, ce sont les contenus inconscients que nous exprimons. Lorsque nous laissons libre cours à notre imagination à travers une pratique créative, nous produisons une image qui inclut le contenu inconscient et le conscient grâce à la mise en forme créative.

Si nous ne sommes pas affectés par une émotion intense, nous pouvons recourir à la méditation pour nous retrouver dans un état où notre conscient est suspendu. Le but étant de nous soustraire au flux incessant de nos pensées pour nous concentrer sur notre vie intérieure. Il s’agit de porter notre attention sur des images ou des voix intérieures pour ensuite fixer par écrit le fruit de nos observations ou de notre dialogue intérieur.

Nous pouvons également exprimer nos contenus inconscients à travers des médiums créatifs comme le dessin, la peinture, le modelage, la danse… L’art-thérapie constitue ainsi une forme d’imagination active. Chaque praticien en art-thérapie aura toutefois sa propre manière de procéder et suivra un processus particulier en fonction de ses références.

Lors d’un processus d’imagination active, nous réagissons chacun différemment face à la pratique et à la production créative. Certains privilégient la mise en forme artistique tandis que d’autres privilégient l’interprétation intellectuelle de la production. Pour que le processus de création artistique soit bénéfique, nous devons à la fois nous concentrer sur l’œuvre produite et sur la compréhension du sens des contenus inconscients qui émergent.

L’imagination active permet d’opérer la synthèse entre les contenus de l’inconscient et la conscience. Grâce à la confrontation avec notre inconscient, nous élargissons notre conscience. La pratique créative nous donne l’occasion de nous libérer de nos états émotionnels mais aussi d’accéder au plus profond de nous-même. Jung considère l’imagination active comme le vecteur par excellence du processus d’individuation ou de réalisation du Soi.

III. Comment pratiquer l’imagination active ?

Voici les cinq étapes à suivre pour pratiquer l’imagination active :

1. Faire le vide

La première étape de l’imagination active consiste à faire le vide dans notre conscience. Il s’agit de l’état méditatif dans lequel nous nous débarrassons du flux ininterrompu de nos pensées. Certains médiums créatifs comme la peinture ou le sable facilitent cet état méditatif mais dans le jeu de sable par exemple, l’utilisation de figurines constitue un biais par rapport au flux naturel des idées.

La manière la plus efficace et la plus simple d’initier le processus d’imagination active est de pratiquer une forme de méditation orientale, de la pleine conscience, de l’hypnose… Grâce à cette pratique méditative, nous entrons dans un état où le niveau de notre conscience a considérablement baissé, laissant la possibilité aux contenus inconscients d’émerger.

2. Laisser surgir les contenus inconscients

Une fois entrés dans un état méditatif, nous devons laisser la place à notre imagination pour permettre aux contenus inconscients de pénétrer dans notre monde intérieur. Il s’agit alors d’accueillir les images qui apparaissent et de concentrer notre attention sur celles-ci.

Il convient de trouver un juste équilibre entre le lâcher prise et la fixation sur l’imagination. Si nous nous concentrons avec trop d’intensité sur les images qui surgissent, nous risquons de les figer. Si, au contraire, notre concentration est trop relâchée, les images défilent trop rapidement sans que nous ne puissions avoir aucune prise sur elles.

3. Mettre en forme

La troisième étape consiste à donner une forme aux images de l’inconscient perçus intérieurement grâce aux médiums créatifs. Il s’agit donc de dessiner, de peindre, de sculpter, de danser les contenus de l’inconscient. Utiliser des médiums créatifs permet au corps de participer au processus créatif.

De la même manière que les alchimistes occidentaux utilisaient des métaux et les alchimistes orientaux leur propre corps comme matière première, les médiums créatifs constituent la matière première du processus de transformation dans l’imagination active.

De plus, lorsque nous faisons intervenir la matière, que ce soit le corps ou les médiums créatifs, il arrive souvent que des phénomènes de synchronicité apparaissent. Cette forme d’imagination active est, en effet, particulièrement chargée en énergie.

4. Se confronter authentiquement

La quatrième étape du processus d’imagination active est ce que Jung appelle la confrontation éthique ou morale avec ce que nous produisons. Il s’agit d’entrer dans l’imagination avec notre moi authentique et non un moi fictif. Notre attitude pour que l’imagination active soit effective doit être sincère, nous ne devons pas nous cacher derrière un personnage fictif.

Le lâcher prise est indispensable pour que l’imagination active soit authentique et efficace. Mais souvent, notre côté rationnel nous empêche de nous laisser aller réellement à la pratique créative. L’intellect peut, par exemple, nous faire douter de la véracité de nos imaginations. Nous devons faire preuve d’une certaine innocence pour pouvoir pratiquer l’imagination active. Nous devons nous faire confiance et faire confiance à notre inconscient qui nous indique la voie authentique vers la réalisation de soi.

5. Appliquer les enseignements

La dernière étape de l’imagination active consiste à appliquer ce que nous avons appris dans notre vie quotidienne. Ce dernier stade découle de la confrontation authentique à ses contenus inconscients. C’est uniquement lorsque nous aurons affronté notre inconscient, que nous aurons compris la signification de nos imaginations mais aussi ce qu’elles exigent de nous, que nous serons à même d’avancer sur notre chemin.

Nous devrons alors tenir compte des enseignements du processus de création artistique pour développer notre personnalité et nous réaliser. C’est, en effet, par l’intégration des contenus de l’inconscient à notre conscience que les images issues de l’imagination active prennent tout leur sens et leur valeur.

IV. Conclusion

Pour réaliser le processus d’individuation, nous pouvons recourir à la pratique de l’imagination active. Cette méthode consiste à faire émerger les contenus inconscients et à les fixer dans la matière à l’aide de médiums créatifs. Grâce à cette pratique créative, nous prenons conscience de nos contenus inconscients que nous devons alors assimiler pour rééquilibrer notre personnalité et trouver la paix intérieure.

Selon Jung, l’imagination active constitue la manière par excellence de réaliser le Soi. À travers la pratique créative, la conscience concourt au processus en vivant les contenus de l’inconscient. En opérant la synthèse entre la personnalité consciente et la personnalité inconsciente, l’imagination active permet d’élargir la conscience de soi et de développer sa personnalité.

Sources de l’article

  • G. Jung, Dialectique du Moi et de l’inconscient, Éditions Gallimard, 1964
  • G. Jung, “Ma vie“ . Souvenirs, rêves et pensées, Éditions Gallimard, 1973
  • Carl Gustav Jung, L’âme et le soi. Renaissance et individuation, Albain Michel, 2021
  • Carl Gustav Jung, Commentaire sur le Mystère de la Fleur d’Or, Albin Michel, 2021
  • Carl Gustav Jung, La psychologie du transfert, Albin Michel, 2023
  • Marie-Louise von Franz, Psychothérapie. L’expérience du praticien, Éditions Devry, 2014

Votre travail ne vous satisfait plus ?

Ensemble, créons le job qui vous fait vibrer

grâce à la méthode

Design ton job

Un accompagnement pas à pas de 3 mois

pour reprendre votre vie en main et créer le job qui vous correspond

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *