Sélectionner une page

Vous avez très certainement déjà entendu parler des types de personnalités du MBTI. Peut-être avez-vous déjà fait le test de personnalité et que vous connaissez votre profil psychologique. Saviez-vous que le MBTI a été développé sur base des types psychologiques du psychiatre suisse, Carl Gustav Jung ?

Mais que sont exactement les types psychologiques de Jung ? Je commencerai par une introduction aux notions d’attitude et de fonction pour ensuite expliciter l’extraversion et l’introversion ainsi que les quatre fonctions psychologiques. Je préciserai en quoi consiste le développement des fonctions et j’expliquerai pour finir que nous pouvons réaliser le processus d’individuation grâce aux types psychologiques.

1. Introduction aux types psychologiques

Jung a découvert à travers les analyses de ses patients, les expériences de sa vie mais aussi au fil de ses lectures, que les êtres humains dirigent leur vie selon deux types d’attitude et utilisent quatre fonctions psychologiques pour s’orienter dans la vie.

L’attitude est une disposition psychologique à agir vers un but déterminé. Ce sont donc nos contenus psychiques qui déterminent la direction de nos intérêts et de nos actions. Jung a identifié deux types généraux d’attitude : l’introversion et l’extraversion.

La fonction psychologique est la forme par laquelle se manifeste l’énergie psychique, c’est la forme que prend notre conscience. Jung a identifié quatre fonctions psychologiques : la pensée, le sentiment, la sensation et l’intuition.

Les fonctions psychologiques se sont développées au cours de l’évolution de l’humanité. Au départ ces fonctions étaient fusionnées les unes aux autres dans la psyché, elles étaient indifférenciées et donc inconscientes. Au fur et à mesure de son développement, l’être humain a commencé à différencier ces quatre fonctions en développant chaque fonction de manière privilégiée. Chaque fonction s’est alors différenciée des autres fonctions et a atteint un plus haut degré de conscience et d’efficacité.

Chacune des quatre fonctions psychologiques peut être soit extravertie, soit introvertie. Huit types psychologiques se dégagent donc des deux attitudes et des quatre fonctions. La théorie des types psychologiques de Carl Gustav Jung s’est avérée particulièrement féconde au point qu’elle a été reprise et développée notamment à travers la typologie Myers-Briggs, plus connue sous le nom de MBTI (Myers Briggs Type Indicator).

2. L’introversion et l’extraversion selon Jung

Jung distingue deux types généraux d’attitude : l’introversion et l’extraversion. L’extraversion signifie que l’énergie psychique est orientée vers le dehors tandis que l’introversion est le mouvement de l’énergie psychique vers le dedans de la personne. Lorsqu’une attitude est habituelle on parle de type extraverti ou de type introverti.

Un type extraverti s’oriente d’après les faits extérieurs, d’après les objets ou les personnes, en d’autres mots d’après les données objectives. La conscience d’un extraverti est tournée vers l’extérieur, ses décisions et ses actions sont conditionnées par les événements extérieurs. Ainsi, un type extraverti est principalement intéressé par ce qui se produit dans son environnement immédiat, il agit sous l’influence des choses et des personnes de son entourage. Un extraverti aura tendance à se dépenser sans cesse et à se répandre dans tous les sens.

Un type introverti s’oriente d’après des facteurs subjectifs, c’est-à-dire d’après l’impression subjective qu’a un événement extérieur sur lui. La conscience d’un introverti donne la prépondérance aux déterminations subjectives qui sont pour lui plus importantes que les conditions extérieures. Ainsi, un type introverti agit principalement d’après l’opinion personnelle qu’il se fait d’un événement ou d’un objet extérieur. Un introverti aura tendance à se protéger des exigences extérieures, il s’abstiendra de dépenser trop d’énergie par rapport à son entourage immédiat pour se sentir en sécurité.

Les deux types d’attitude sont opposés et complémentaires. Lorsque notre attitude consciente est extravertie, l’attitude introvertie est inconsciente et inversement. Nous disposons donc des deux attitudes mais l’une prédomine l’autre et c’est cette prédominance qui détermine le type d’attitude d’une personne.

3. Les fonctions rationnelles et irrationnelles

Parmi les quatre fonctions psychologiques, Jung distingue deux fonctions rationnelles, la pensée et le sentiment ainsi que deux fonctions irrationnelles, la sensation et l’intuition. Les contenus psychiques des fonctions irrationnelles sont des données tandis que les contenus des fonctions rationnelles sont déduits ou produits, c’est-à-dire intentionnels. La pensée et le sentiment se développent sur la base des fonctions irrationnelles de la sensation et de l’intuition pour devenir des fonctions rationnelles.

La pensée et le sentiment sont des fonctions rationnelles, c’est-à-dire raisonnables ou conformes à la raison. Ce sont des fonctions de délibération réfléchie qui permettent de prendre des décisions qui sont en adéquation avec les lois de la raison. C’est pourquoi on les appelle aussi fonctions de jugement.

La sensation et l’intuition sont des fonctions irrationnelles, c’est-à-dire qui ne peuvent être motivées par la raison, qui dépendent du hasard. Ce sont des fonctions de perception qui permettent de percevoir ce qu’il se passe. La nature irrationnelle de ces fonctions est particulièrement intéressante pour la psychologie pratique afin de résoudre des problèmes dont la solution ne peut être recherchée dans la logique rationnelle.

La pensée et le sentiment forment un couple d’opposés, ce sont des fonctions opposées qui se compensent mutuellement, tout comme la sensation et l’intuition. Mais revenons plus en détails sur ce que recouvrent ces quatre fonctions psychologiques.

4. Les quatre fonctions de Jung

La fonction pensée est la fonction de conceptualisation de nos représentations, en d’autres termes la faculté de la pensée dirigée ou intellect. Un type pensée agit donc sous la direction d’une pensée réfléchie, ses actions proviennent d’une réflexion intellectuelle.

Le sentiment est, comme la pensée, une fonction de jugement. C’est un processus subjectif dont le but est d’accepter ou de refuser quelque chose, en d’autres mots, il s’agit du désir ou de l’aversion. Un type sentiment agit d’après des valeurs, d’après le plaisir ou le déplaisir.

Pour résumer, la pensée ordonne les contenus de la conscience d’après des concepts tandis que le sentiment les classe d’après des valeurs.

La sensation est la fonction psychologique qui transmet les stimuli physiques à la perception. C’est donc une fonction de perception sensorielle, que les stimuli viennent de l’extérieur ou de l’intérieur du corps. Un type sensation a un sens développé de la réalité, il agit selon ses expériences.

L’intuition est la fonction psychologique qui transmet la perception par la voie inconsciente. Les objets externes et les objets internes mais aussi les rapports entre eux peuvent être perçus de manière inconsciente. L’intuition est une sorte d’appréhension instinctive de données. Le type intuitif agit selon des possibilités ou des visions.

Pour résumer, la sensation est la perception consciente tandis que l’intuition est la perception inconsciente.

Chacune de ces quatre fonctions est soit introvertie, soit extravertie en fonction de l’attitude prédominante. Ce qui donne huit types psychologiques : la pensée extravertie, le sentiment extraverti, la sensation extravertie, l’intuition extravertie, la pensée introvertie, le sentiment introverti, la sensation introvertie ainsi que l’intuition introvertie. Je détaillerai ces huit types psychologiques dans un prochain article.

5. Le développement des fonctions psychologiques

Dès notre enfance, nous développons une fonction psychologique d’après nos préférences ou selon notre comportement. Il s’agit de notre fonction principale qui est notre fonction la plus consciente, la plus différenciée selon la terminologie jungienne. À côté de cette fonction principale, nous développement une deuxième fonction, secondaire, qui est moins consciente ou moins différenciée. C’est une fonction auxiliaire, complémentaire à la fonction principale.

Cette fonction auxiliaire ne peut s’opposer à la fonction principale. Si par exemple la fonction principale est la pensée, la fonction auxiliaire peut être soit la sensation, soit l’intuition. La fonction auxiliaire de la fonction pensée ne peut donc pas être le sentiment qui lui est opposé. La pensée, pour être vraie et aboutir à une conclusion logique, pour être différenciée et donc développée, doit exclure le sentiment. Le sentiment lui fait concurrence, alors que la sensation et l’intuition, étant des fonctions de perception, peuvent apporter une aide à la pensée.

La fonction auxiliaire est donc au service de la fonction principale. Elle est relativement consciente toute en étant essentiellement différente de la fonction principale. Ainsi, la pensée unie à la sensation donnera l’intellect pratique tandis que la pensée unie à l’intuition donnera l’intellect spéculatif.

En compensation du développement de la fonction principale et auxiliaire, deux fonctions se retrouvent dans l’inconscient. Ainsi, à l’intellect pratique correspond une attitude inconsciente intuitive et sentimentale. À l’intellect spéculatif correspond une attitude inconsciente sensitive et sentimentale.

La fonction inférieure est la fonction opposée à la fonction principale et donc la fonction la plus inconsciente. Pour la pensée, la fonction sentiment est la fonction opposée et donc la plus refoulée et la plus inconsciente. Si la fonction inférieure représente la partie dédaignée de notre personnalité, elle se révèle aussi être la clé du développement de notre personnalité.

6. Le processus d’individuation par les types psychologiques

Le processus d’individuation, c’est-à-dire le développement de la personnalité, passe par la différenciation des fonctions psychologiques. En effet, le fait de nous identifier à une fonction principale constitue un dommage pour notre développement. En nous identifiant à une seule fonction, les autres fonctions sombrent dans l’inconscient, leur fonctionnement devient archaïque et trouble l’activité consciente.

Le processus d’individuation est un processus de différenciation qui permet d’harmoniser les différentes fonctions en développant les fonctions les moins différenciées, les plus inconscientes. Le développement de toutes les fonctions est nécessaire au développement de notre personnalité. Grâce à l’assimilation de nos fonctions les moins conscientes nous accédons à la réalisation du Soi, à la réalisation complète de soi.

Pour pouvoir développer notre personnalité, Jung nous conseille de commencer par développer notre fonction auxiliaire. Nous devons prendre conscience de cette fonction secondaire et l’utiliser quotidiennement comme soutien à notre fonction principale. Lorsque nous avons développé la fonction auxiliaire privilégiée, nous pouvons ensuite développer la fonction auxiliaire opposée.

Un type pensée, devra commencer par développer soit la fonction intuition, soit la fonction sensation. S’il développe la fonction intuition, il développera ensuite la fonction sensation et inversement. Assimiler ses fonctions auxiliaires peut prendre énormément de temps car nous devons vivre avec ces fonctions qui ne nous sont pas naturelles.

C’est seulement lorsque nous serons parvenus à développer ces fonctions auxiliaires que nous pourrons nous attaquer à la fonction inférieure, la plus inconsciente et la plus archaïque. Étant donné que cette fonction inférieure n’est pas développée, nous la ressentons généralement comme notre point faible. Il s’agit de la faille de notre personnalité qui nous cause désagréments et ennuis. Nous avons d’ailleurs tendance à la dissimuler derrière une persona, un masque social.

La fonction inférieure constitue le grand problème de notre vie. Si nous ne vivons pas cette fonction, nous sommes frustrés et nous nous ennuyons. Toutefois, la fonction inférieure ne pourra jamais être différenciée comme les trois autres fonctions. Étant donné qu’elle est enfouie profondément dans notre inconscient, elle n’atteindra jamais le niveau de conscience des autres fonctions.

Pour pouvoir développer notre fonction inférieure, nous devons « sacrifier » notre fonction principale en abaissant son niveau de différenciation. En ce faisant, nous ramenons les différentes fonctions à un niveau médian nous permettant d’utiliser chacune des fonctions sans que l’un d’elle ne soit privilégiée. Lorsque nous parvenons à ce niveau médian, notre personnalité se trouve transformée et nous adoptons une attitude entièrement nouvelle envers la vie qui nous permet de vivre en harmonie avec nous-même.

7. Conclusion

Jung a identifié dans la conscience humaine deux attitudes (l’extraversion et l’introversion) et quatre fonctions (la pensée, le sentiment, la sensation et l’intuition) donnant huit types psychologiques. Nous développons un type psychologique de manière privilégiée faisant sombrer les autres fonctions dans notre inconscient.

Si nous voulons développer notre personnalité, nous devons commencer par développer nos fonctions auxiliaires pour pouvoir ensuite développer notre fonction inférieure. Bien que cette fonction inférieure constitue notre faiblesse, c’est grâce à elle que nous pourrons nous réaliser.

Les types psychologiques sont donc un des principaux leviers du processus d’individuation et du développement de la personnalité. Grâce au développement de nos fonctions psychologiques, nous pouvons non seulement apprendre à nous connaître mais aussi développer notre individualité. Dans cet article, vous trouverez un exemple concret de processus d’individuation par la types psychologiques.

Sources de l’article

  • C. G. Jung, Types psychologiques, Georg Editeur S.A., Genève, 1993
  • Marie-Louise von Franz, Psychothérapie. L’expérience du praticien, Éditions Devry, 2014
  • Claude Bourreille, Types psychologiques et processus d’individuation, Le Martin-Pêcheur / Domaine jungien, Paris, 2015

Votre travail ne vous satisfait plus ?

Ensemble, créons le job qui vous fait vibrer

grâce à la méthode

Design ton job

Un accompagnement pas à pas de 3 mois

pour reprendre votre vie en main et créer le job qui vous correspond

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *